Orientation Orthodoxe Dogmatique Elaborée Fêtes

 

 

Offices des Heures pour

 

la Nativité du Christ

Source: http://stmaterne.blogspot.com/2008/12/offices-des-heures-pour-la-nativit-du.html

 

 
...
In Principio erat Verbum..
Dans le Principe était le Verbe...

"Adhuc autem Johannem discipulum Domini docent primam ogdoadem, et omnium generationem significasse ipsis dictionibus. Itaque principium quoddam subjecit, quod primum factum est a Deo: quod etiam Nun vocat et filium: et unigenitum Domini vocat, in quo omnia Pater præmisit
seminaliter. Ab hoc autem aiunt Verbum emissum, et in eo omnem Æonum substantiam, quam ipsum postea formavit Verbum. Quoniam igitur de prima genesi dicit, bene a principio, hoc est a Filio, et Verbo doctrinam facit. Dicit autem sic: In principio erat Verbum, et Verbum erat apud Deum, et Deus erat Verbum: hoc erat in principio apud Deum. Prius distinguens in tria, Deum, et Principium, et Verbum, iterum ea univit, uti et emissionem ipsorum utrorumque ostendat, id est, Filii et Verbi. et eam quae est ad invicem simul et ad Patrem unionem. In Patre enim et ex Patre principium, in principio autem et ex principio Verbum. Bene igitur dixit, In principio erat Verbum; erat enim in Filio: Et Verbum erat apud Deum: etenim principium. Et Deus erat Verbum, consequenter; quod enim ex Deo natum est, Deus est. Hic enim erat in principio apud Deum, ostendit emissionis ordinem. Omnia per ipsum facta sunt, et sine ipso factum est nihil. Omnibus enim iis qui post eum sunt Æonibus, formationis et generationis causa Verbum factum est."
Saint Irénée de Lyon
Adversus Haereses, livre 1, ch. 8, 5


(films des diverses parties chantées en cours d'encodage)

 

25 DÉCEMBRE - La Naissance selon la chair de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ.


VEPRES

Après les prières initiales, le Psaume 103 et la grande Litanie de paix, pas de lecture du Psautier.

Lucernaire, t. 2


Venez, réjouissons-nous dans le Seigneur * en exposant le mystère de ce jour. * Le mur de séparation est renversé; * le glaive flamboyant est déposé, * les Chérubins ne gardent plus l'arbre de vie; * et moi, je participe aux délices du Paradis * dont la désobéissance m'avait exclu, * car l'Icône immuable du Père divin, * l'empreinte de son éternité, * prend forme d'esclave en naissant * d'une Mère vierge, sans subir de changement, * et le Dieu véritable demeure ce qu'il était, * assumant ce qui lui était étranger, * l'humanité, par amour des hommes; * aussi chantons à notre Dieu: * Toi qui es né de la Vierge, aie pitié de nous. (2 fois)
Naissant de la Vierge sainte, le Seigneur * illumine l'univers; * les Bergers passent la nuit dans les champs, * les Mages se prosternent devant Dieu, * les Anges le chantent dans les cieux, * tandis qu'Hérode est troublé, * car Dieu est apparu dans la chair * comme Sauveur de nos âmes. (2 fois)
Ton règne, Ô Christ notre Dieu, * est un règne pour les siècles, * ton empire, pour les âges des âges. * Toi qui pris Chair du saint Esprit * et de la toujours-vierge Marie, * tu as fait luire sur nous ta clarté * en ton avènement, Ô Christ notre Dieu; * lumière de lumière et le reflet du Père, * tu as illuminé toute la création. * Tout ce qui vit et respire te loue, * marque du Père en sa divine splendeur. * Toi dont l'existence précède les temps * et qui, né d'une Vierge, as brillé comme Dieu, * Seigneur Jésus, aie pitié de nous.
Ô Christ, que pouvons-nous t'offrir en présent * pour être apparu sur terre en notre humanité? * Chacune de tes créatures, en effet, * exprime son action de grâce en t'apportant: * les Anges, leur chant, * le Ciel, une étoile, * les Mages, leurs cadeaux, * les Bergers, l'émerveillement, * la Terre, une grotte, * le Désert, une crèche * et nous-mêmes une Mère vierge. * Dieu d'avant les siècles, aie pitié de nous.
Gloire au Père ... Maintenant ...
Auguste, régnant seul sur le monde habité, * fit cesser la multitude des pouvoirs temporels * et ton incarnation de la Vierge immaculée fit cesser la multitude des faux-dieux; * de même que toutes les cités * furent soumises à un royaume universel, * de même toutes les nations crurent en un seul Dieu souverain; * et tandis que les peuples furent recensés sur l'ordre de César, * nous les fidèles, c'est au nom de notre Dieu, * au registre de la divinité, * qu'en ton incarnation nous fûmes inscrits. * Grande est ta miséricorde, Seigneur, gloire à toi.
 


Entrée avec l'Evangile. Lumière joyeuse, et les Lectures.

1
Lecture de la Genèse
(1,1-13)


Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres couvraient l'abîme, et l'esprit de Dieu planait sur les eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et il sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière Jour et les ténèbres Nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin: ce fut le premier jour. Dieu dit: Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux, et qu'il les sépare les unes des autres! Et il en fut ainsi: Dieu fit le firmament, et il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament de celles qui sont au-dessus. Dieu appela le firmament Ciel, et il vit que cela était bon. Il y eut un soir et il y eut un matin: ce fut le second jour. Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu et qu'apparaisse le continent! Et il en fut ainsi. Les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblèrent en un seul lieu et le continent apparut. Dieu appela le continent Terre et la masse des eaux Mers, et Dieu vit que cela était bon. Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, des herbes portant semence selon leur espèce et des arbres fruitiers donnant sur la terre des fruits contenant leur semence! Et il en fut ainsi. La terre produisit de la verdure, des herbes portant semence selon leur espèce et des arbres fruitiers donnant sur la terre des fruits contenant leur semence, et Dieu vit que cela était bon. Il y eut un soir et il y eut un matin: ce fut le troisième jour.


2
Lecture des Nombres
(24,2-3,5-9,17-18)


L'Esprit de Dieu fut sur Balaam; et prononçant son oracle, il dit: Que tes demeures sont belles, Jacob, tes tabernacles, Israël! Comme des vallées ombragées, comme des jardins au bord des fleuves, comme des aloès que le Seigneur a plantés, comme des cèdres le long des eaux. Un homme sortira de sa race, et il sera le maître de nombreuses nations, sa royauté s'élèvera, sa puissance grandira. Dieu l'a fait sortir d'Egypte, il est pour lui comme la vigueur du buffle; il dévorera les nations qui lui sont hostiles, sucera leur graisse comme de la moelle et criblera de flèches ses ennemis. Accroupi, il s'est couché comme un lion, comme un lionceau qui le fera lever? Bénis soient ceux qui te bénissent, maudits soient ceux qui te maudissent! Un astre sortira de Jacob, un homme se lèvera d'Israël; il frappera les chefs de Moab, emmènera captifs tous les fils de Seth. Edom sera sa possession, il prendra possession d'Esaü son ennemi; la puissance, c'est le fait d'Israël.


3
Lecture de la Prophétie de Michée
(4,6-7; 5,1-3)


En ce jour-là, dit le Seigneur, je rassemblerai les brebis éclopées, je recueillerai les égarées et celles que j'avais chassées. Des éclopées je ferai un reste, des égarées une puissante nation. Et le Seigneur sera leur roi sur la montagne de Sion, dès maintenant et pour les siècles. Et toi, Bethléem, maison d'Ephratha, tu n'es pas la moindre entre les milliers de Juda, car de toi sortira pour moi celui qui doit régner sur Israël et dont l'origine remonte au commencement, aux jours de l'éternité. C'est pourquoi Dieu les livrera jusqu'au temps où enfantera celle qui doit enfanter; et le reste de ses frères retournera vers les fils d'Israël. Il se lèvera et se montrera, et fera paître son troupeau avec la force du Seigneur; et dans la majesté du nom de son Dieu ils auront une demeure assurée, car il sera magnifié jusqu'aux extrémités de la terre.


On se lève pour le tropaire suivant:
t. 6


Dans le secret de la grotte tu es né, * mais le ciel t'annonça * à tout l'univers en employant * comme bouche l'étoile, Sauveur; * et il t'amena les Mages qui devant toi se prosternèrent avec foi. * Comme d'eux, Seigneur, aie pitié de nous.
Le Seigneur aime la ville qu'il a fondée sur les saintes montagnes; il préfère les portes de Sion à tous les tabernacles de Jacob.
Et il t'amena les Mages qui devant toi se prosternèrent avec foi. * Comme d'eux, Seigneur, aie pitié de nous.
Qui parle de toi te glorifie, cité de Dieu. Je me souviendrai de Rahab et de Babylone avec ceux qui me connaissent.
Et il t'amena les Mages qui devant toi se prosternèrent avec foi. * Comme d'eux, Seigneur, aie pitié de nous.
Tyr, la Philistie ou l'Ethiopie, voici qu'un tel y est né.
Et il t'amena les Mages qui devant toi se prosternèrent avec foi. * Comme d'eux, Seigneur, aie pitié de nous.
Mais Sion est notre mère, peut dire chacun, car en elle tout homme est né; et le Très-Haut lui-même en a posé les fondements.
Et il t'amena les Mages qui devant toi se prosternèrent avec foi. * Comme d'eux, Seigneur, aie pitié de nous.
Le Seigneur inscrira au registre les peuples et les princes qui y sont nés. Car tous ceux qui exultent de joie ont leur demeure en toi.
Et il t'amena les Mages qui devant toi se prosternèrent avec foi. * Comme d'eux, Seigneur, aie pitié de nous.
Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Dans le secret de la grotte tu es né, * mais le ciel t'annonça * à tout l'univers en employant * comme bouche l'étoile, Sauveur; * et il t'amena les Mages qui devant toi se prosternèrent avec foi. * Comme d'eux, Seigneur, aie pitié de nous.


Lecture de la Prophétie dIsaïe
(11,1-1-10)
 

Ainsi parle le Seigneur: Une tige sortira du tronc de Jessé, de sa racine poussera un surgeon; et sur lui reposera l'Esprit de Dieu, esprit de sagesse et d'intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de piété, esprit de crainte de Dieu, dont il est rempli. Il ne juge pas sur l'apparence, ne se prononce point sur ouï-dire, mais il fait droit aux humbles en toute justice, et reprend avec droiture les notables du pays; il frappe la terre du verbe de sa bouche, et du souffle de ses lèvres fait mourir les impies. Justice est la ceinture de ses reins, loyauté, ce qui entoure ses flancs. Le loup prend sa pâture avec l'agneau, la panthère se couche près du chevreau; on voit paître ensemble le veau, le lion et le taureau, et avec eux leurs petits. Le lion mange de la paille comme le bœuf. Le nourrisson joue près du trou du serpent, sur le nid de la vipère l'enfant sevré met la main. On ne fait plus de mal, on ne cause plus de tort sur ma sainte montagne, car toute la terre est remplie de la connaissance du Seigneur comme les eaux comblent la mer. En ce jour-là, la racine de Jessé se dressera comme sceptre des peuples; sur elle reposera l'espérance des nations, et glorieuse sera sa demeure.


5
Lecture de la Prophétie de Jérémie
(Baruch 3,36 - 4, 4)
 

C'est lui notre Dieu, nul ne peut lui être comparé. Il a scruté toute voie de connaissance, et l'a confiée à Jacob son serviteur, à Israël son bien-aimé. Après cela, il est apparu sur la terre et il a conversé avec les hommes. C'est là le livre des préceptes de Dieu, la loi qui subsiste à jamais; tous ceux qui s'y attachent arrivent à la vie, mais ceux qui l'abandonnent vont à la mort. Reviens, Jacob, pour t'en saisir; marche vers la splendeur, à sa clarté. Ne cède pas ta gloire à un autre, tes privilèges à un peuple étranger. Heureux sommes-nous, Israël, car ce qui plait à Dieu nous fut révélé.
 

6
Lecture de la Prophétie de Daniel
(2,31.36,44-45)
 

Daniel dit à Nabuchodonosor: Ô roi, tu avais une vision, et voici, une statue, une grande statue, d'une splendeur extraordinaire, se dressait devant toi, et son aspect était terrifiant. Une statue à la tête d'or fin; ses mains, sa poitrine et ses bras étaient d'argent; son ventre et ses cuisses, de bronze; ses jambes, de fer; ses pieds, en partie de fer et en partie d'argile. Tu regardais, lorsque soudain une pierre se détacha de la montagne, sans que main l'eût touchée, et vint frapper la statue en ces pieds de fer et d'argile, et les brisa. Alors se brisèrent, tout à la fois, l'argile, le fer, le bronze, l'argent et l'or; et ils devinrent comme la baie qui s'envole de l'aire durant l'été; le vent les emporta sans laisser de trace; et la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne remplissant toute la terre. Voilà le songe; et son explication, nous allons la donner devant le roi. Le Dieu du ciel suscitera un royaume qui jamais ne sera détruit, et son royaume ne passera pas à un autre peuple; il brisera et fera disparaître tous les royaumes, et lui-même subsistera pour les siècles. C'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne, sans que main l'eût touchée, et briser l'argile, le fer, le bronze, l'argent et l'or. Dieu, qui est grand, a fait connaître au roi ce qui doit arriver. Le songe correspond à la vérité et son explication est digne de foi.


Tropaire, t. 6
 

Soleil de justice, tu t'es levé * de la Vierge, ô Christ, * et c'est une étoile qui t'a montré * dans les limites de la grotte, toi l'Infini; * elle guida les Mages, pour qu'ils puissent t'adorer. * Avec eux nous te magnifions, Source de vie, gloire à toi.
Le Seigneur règne, revêtu de majesté; le Seigneur règne, ceint de puissance.
Elle guida les Mages, pour qu'ils puissent t'adorer. * Avec eux nous te magnifions, Source de vie, gloire à toi.
Tu fixas l'univers inébranlable, ton trône est stable pour toujours. Elle guida les Mages, pour qu'ils puissent t'adorer. * Avec eux nous te magnifions, Source de vie, gloire à toi.
Les fleuves ont élevé, Seigneur, les fleuves ont élevé leur voix; les fleuves font retentir le fracas de leurs flots.
Elle guida les Mages, pour qu'ils puissent t'adorer. * Avec eux nous te magnifions, Source de vie, gloire à toi.
Plus que les grandes vagues de la mer, admirable est le Seigneur dans les hauteurs. Ton témoignage est vraiment digne de foi.
Elle guida les Mages, pour qu'ils puissent t'adorer. * Avec eux nous te magnifions, Source de vie, gloire à toi.
A ta demeure convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.
Elle guida les Mages, pour qu'ils puissent t'adorer. * Avec eux nous te magnifions, Source de vie, gloire à toi.
Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Soleil de justice, tu t'es levé * de la Vierge, ô Christ, * et c'est une étoile qui t'a montré * dans les limites de la grotte, toi l'Infini; * elle guida les Mages, pour qu'ils puissent t'adorer. * Avec eux nous te magnifions, Source de vie, gloire à toi.


7
Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(9,6-7)
 

Un enfant nous est né, un fils nous est donné; sur ses épaules repose la royauté. On lui donne ce nom: Ange du Grand Conseil, Conseiller merveilleux, Dieu fort, Maître souverain; Prince de paix, Père du siècle à venir. Car j'amène la paix, la santé sur les princes. Sublime est son empire, la paix qu'il fait régner ne connaît point de borne, depuis le trône de David et son royaume, pour l'affermir et fortifier dans la justice et l'équité, dès maintenant et pour les siècles. Voilà ce que fera le zèle du Seigneur Sabaoth.


8
Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(7,10-16, 8,1-4,9-10)
 

Le Seigneur, s'adressant à Achaz, lui dit: Demande au Seigneur ton Dieu de t'accorder un signe venant des profondeurs ou de là-haut. Achaz répondit: Je n'en ferai rien, je ne veux pas mettre le Seigneur à l'épreuve! Isaïe dit alors: Ecoutez donc, maison de David! Ne vous suffit-il pas de fatiguer les hommes, que vous en veniez à fatiguer le Seigneur? C'est donc le Seigneur lui-même qui va vous donner un signe. Voici, la Vierge concevra elle enfantera un fils et on lui donnera le nom d'Emmanuel. De laitage et de miel il se nourrira, jusqu'à ce qu'il sache rejeter le mal et choisir le bien. Mais avant que cet enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, tu refuseras perversement de choisir le bien. Et le Seigneur me dit: Prends une plaque neuve, assez grande, et écris dessus en caractères lisibles: Vite au pillage du butin! car il y en a; puis trouve-moi des témoins dignes de foi, le prêtre Urie et Zacharie, fils de Barachie. Et je m'approchai de la prophétesse: elle conçut et enfanta un fils; et le Seigneur me dit: Donne-lui pour nom prompt butin, vite au pillage . Car avant que l'enfant sache dire papa et maman, on apportera les richesses de Damas et le butin de Samarie devant le roi d'Assyrie. Dieu est avec nous! Sachez-le, tous les peuples, et soumettez-vous à lui, car Dieu est avec nous. Prêtez l'oreille, tous les peuples de la terre: malgré votre force, vous lui serez soumis. Et si vous reprenez force, vous lui serez soumis encore; tous les projets que vous ferez, le Seigneur les ruinera, et toute parole que vous direz n'aura chez vous nulle suite, car Dieu est avec nous!

Si l'on doit célébrer la Liturgie de S. Basile, le Diacre dit la petite Litanie, suivie de l'ecphonèse du Prêtre:
Car tu es saint, Ô notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours ...
D. ... et dans les siècles des siècles.
Le Chœur chante le Trisagion.

Prokiménon, t. 1: Le Seigneur m'a dit: Tu es mon Fils, aujourdhui je t'ai engendré. Verset: Demande-le moi, je te donnerai les nations pour héritage, et tu domineras sur les confins de la terre.


Lecture de lEpître du saint apôtre Paul aux Hébreux
(1,1-14; 2,1-3)
 

A maintes reprises et sous maintes formes ayant jadis parlé à nos pères par les Prophètes, Dieu, en ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par qui aussi il a créé les siècles. Reflet de sa gloire et empreinte de sa personne, ce Fils qui soutient l'univers par sa parole puissante, ayant accompli par lui-même la purification de nos péchés, s'est assis à la droite de la majesté divine dans les hauteurs, devenu d'autant supérieur aux Anges que le nom qu'il a reçu en héritage est incomparable au leur. Auquel des Anges, en effet, Dieu a-t-il jamais dit: Tu es mon Fils, aujourd'hui je t'ai engendré? Et encore: Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils? Et de nouveau, lorsqu'il introduit le Premier-né dans le monde, il dit: Et que tous les Anges de Dieu se prosternent devant lui! Tandis qu'à propos des Anges il s'exprime ainsi: Lui qui fait de ses Anges des esprits, et de ses serviteurs des flammes de feu, il dit à son Fils: Ton trône, Ô Dieu, est pour les siècles des siècles; sceptre de droiture, le sceptre de ton règne. Tu aimes la justice, tu détestes l'iniquité; c'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a consacré d'une huile d'allégresse de préférence à tes compagnons. Et encore: Toi, Seigneur, au commencement tu as fondé la terre, et les cieux sont l'œuvre de tes mains. Ils périront, mais toi, tu demeures, et tous ils vieilliront comme un vêtement; tu les changeras, tel un manteau, et ils seront changés; mais toi, tu restes le même, et ces années ne passeront point! Et auquel des Anges Dieu a-t-il jamais dit: Siège à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis l'escabeau de tes pieds? Ne sont-ils pas tous des esprits officiants, envoyés en service pour ceux qui doivent hériter du salut? C'est pourquoi nous devons porter une plus grande attention aux enseignements que nous avons entendus, de peur d'être entraînés à la dérive. Car, si la parole annoncée par les Anges a eu un effet, et si toute transgression et désobéissance a reçu une juste rétribution, comment nous-mêmes échapperons-nous en négligeant pareil salut, qui, annoncé tout d'abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l'ont entendu?

Alléluia, t. 8. Versets 1: Le Seigneur dit à mon Seigneur: Siège à ma droite, de tes ennemis je ferai l'escabeau de tes pieds. 2: De Sion le Seigneur étendra ton sceptre de puissance. 3: Avant l'aurore je t'ai fait naître de mon sein.
 

Lecture du saint Evangile selon saint Luc: En ces jours-là parut un édit de César Auguste ... Voir l'Evangile de Tierce.
 

Liturgie de S. Basile. Mégalynaire: En toi exulte. Communion: Louez le Seigneur. Après le Congé de la Liturgie, on chante au milieu de l'église le tropaire de la fête, t. 4: Par ta Nativité, Ô

Christ notre Dieu. Gloire au Père ... Maintenant ... et le kondakion, t. 3: La Vierge en ce jour enfante le suprême Dieu. Puis, si on ne l'a déjà fait à None, les souhaits de longues années.

Si l'on ne célèbre pas la divine Liturgie, on achève la célébration des Vêpres: ecténies, Litie, Apostiches, Tropaire et Congé. Si la veille de Noël tombe un samedi ou un dimanche, c'est ainsi qu'on célèbre les Vêpres, la Liturgie, celle de S. Jean Chrysostome, ayant déjà été célébrée après l'office de Matines ou des Heures.
En dehors du samedi et du dimanche, on célèbre les Vêpres avec la Liturgie de S. Basile; et le soir, c'est avec les Grandes Complies que commence l'office de la vigile nocturne.

Litie, t. 1
 

Avec les Prophètes en ce jour se réjouissent la terre et le ciel! * Les Anges et les hommes célèbrent cette fête en esprit! * Car voici que notre Dieu, * né d'une femme, est apparu dans la chair à ceux qui attendaient parmi les ténèbres et l'ombre de la mort. * La grotte et la crèche l'ont reçu, * les Bergers proclament la merveille, * les Mages, venus de l'Orient, * apportent leurs présents à Bethléem. * Et nous-mêmes, de nos lèvres souillées * avec les Anges nous venons lui chanter: * Gloire à Dieu au plus haut des cieux * et sur terre que règne la paix! * Car il est venu, celui qu'attendaient les nations, * il est venu pour nous sauver * de la servitude de l'Ennemi.
Le ciel et la terre en ce jour * sont réunis par la naissance du Christ. * En ce jour Dieu est venu sur terre * et l'homme est monté vers les cieux. * L'invisible par nature en ce jour * se laisse voir dans la chair à cause de l'homme; * c'est pourquoi, lui rendant gloire, chantons-lui, nous aussi: * Gloire à Dieu au plus haut des cieux * et sur terre la paix * que nous accorde ta venue. * Toi qui nous sauves, gloire à toi.
A Bethléem en ce jour * j'entends les Anges chanter: * Au plus haut des cieux gloire à Dieu * qui a voulu que la paix fût sur terre. * La Vierge maintenant * est plus vaste que les cieux; * la lumière s'est levée sur les cœurs enténébrés, * élevant les humbles qui s'unissent aux Anges pour chanter: * Gloire à Dieu au plus haut des cieux.
Voyant flétrie à cause du péché * son image et ressemblance, Jésus, * inclinant les cieux, descendit * et demeura dans le sein virginal sans subir de changement, * afin d'y façonner à nouveau * Adam corrompu qui s'écrie: * Gloire à ton épiphanie, mon Rédempteur et mon Dieu.
Gloire au Père, t. 5
Les Mages, rois des Perses, reconnaissant clairement * la naissance terrestre du Roi des cieux, * guidés par l'éclat de l'astre, accoururent à Bethléem * et lui portèrent de rares présents: * de l'or, de la myrrhe, de l'encens; * puis ils se prosternèrent devant lui, * car ils virent dans la crèche * comme un petit enfant le Seigneur intemporel.
Maintenant, t. 6
Les Anges dans le ciel tous ensemble * dansent et jubilent en ce jour, * tandis qu'exulte l'entière création * à cause du Sauveur qui est né à Bethléem, * car le mensonge des idoles a pris fin * pour que règne le Christ dans les siècles.


Apostiches, t. 2


Etrange merveille, * celle qui s'accomplit en ce jour: * une Vierge met au monde sans dommage pour sa virginité; * le Verbe se fait chair et n'est point séparé de son Père, * les Anges avec les Bergers le glorifient * et nous-mêmes, nous chantons avec eux: * Gloire à Dieu au plus haut des cieux * et paix sur la terre.
t. 3
Le Seigneur dit à mon Seigneur: Siège à ma droite.
La Vierge enfante en ce jour * le Créateur de l'univers. * La grotte devient le Paradis, * l'étoile annonce le Christ, pour ceux des ténèbres vrai Soleil. * Les Mages, illuminés par la foi, * se prosternent avec leurs dons. * Les Bergers contemplent la merveille, * tandis que les Anges entonnent leur chant * et disent: Gloire à Dieu au plus haut des cieux.
Avant l'aurore je t'ai fait naître de mon sein.
Le Seigneur Jésus étant né * à Bethléem de Judée, * les Mages venus de l'Orient * se prosternèrent devant le Dieu incarné; * et de tout cœur ouvrant leurs trésors, * ils lui présentèrent des dons très précieux: * comme au Roi des siècles, de l'or, * de l'encens, comme au Dieu de l'univers, * et de la myrrhe à l'Immortel * demeurant trois jours dans la mort. * Vous toutes, les nations, * venez, prosternons- nous devant celui * qui est enfanté pour que nos âmes soient sauvées.
Gloire au Père, t. 4
Réjouis-toi, Jérusalem, * célébrez cette fête, tous les amants de Sion; * en ce jour est brisée la chaîne de l'antique condamnation, * le Paradis s'entr'ouvre pour nous * et le serpent est foulé aux pieds, * car celle que jadis il trompa, * il la voit maintenant * devenir la Mère du Créateur. * Abîme de richesse, * de sagesse et de science de Dieu: * celle qui amena la mort sur tous les vivants, * celle qui fut l'instrument du péché, * devient prémices du salut, * par la Mère de Dieu, pour le monde entier, * car c'est d'elle que naît un enfant, * le Dieu de toute perfection, * et par sa propre nativité * il scelle son étonnante virginité, * déliant par ses langes les liens du péché, * et par son enfance il essuie les pleurs * qu'Eve versait en ses douleurs. * Exulte et danse l'entière création, * car le Christ est venu pour la rappeler * et sauver nos âmes.
Maintenant ...
Tu habitas une grotte, ô Christ notre Dieu, * une crèche t'a reçu, * les Mages et les Bergers se sont prosternés devant toi; * l'oracle des Prophètes alors s'est accompli, * tandis que les Anges émerveillés * s'écriaient dans le ciel et disaient: * Gloire à ta condescendance, seul Ami des hommes.

Tropaire, t. 4
Par ta Nativité, ô Christ notre Dieu, * la lumière de la véritable science s'est levée sur le monde: * à sa clarté les savants adorateurs des astres * d'un astre ont appris à t'adorer, * Soleil de justice, * te découvrant comme l'Orient venu d'en haut; * Seigneur, gloire à toi. (3 fois)

 


chant: "Louez le Nom du Seigneur car Sa miséricorde est éternelle"
source & téléchargement



MATINES

Cathisme I, t. 4
Venez, fidèles, et voyons * où est né le Christ, le Sauveur; * suivons la route que l'étoile parcourt * avec les Mages, ces rois de l'Orient. * Là-bas les Anges chantent sans répit, * les Bergers accompagnent le cantique divin: * Au plus haut des cieux, disent-ils, * gloire à Dieu qui est né en ce jour * de la Vierge Mère à Bethléem de Judée.

Cathisme II, t. 4
Pourquoi, Marie, te frappe d'étonnement * ce qui se produit au fond de toi? * - C'est que, dit-elle, j'enfante dans le temps un Fils intemporel, * sans que la conception de l'enfant m'ait été enseignée. * Etant vierge, comment puis-je avoir un fils? * Qui vit jamais virginale conception? * Mais lorsque Dieu le veut ainsi, * l'ordre naturel est vaincu, c'est écrit. * Le Christ est né de la Vierge à Bethléem de Judée.

Après le Polyéléos:
 


petite entrée & encensement - Mégalynaire "Nous Te magnifions, Ô Christ"
source & téléchargement



Mégalynaire
Nous te magnifions, ô Christ, source de vie, qui pour nous en ce jour as pris chair en toute pureté de la sainte Vierge Marie.
Versets 1: Acclamez Dieu, tous les habitants de la terre, chantez à la gloire de son nom. 2: A son peuple il envoie la rédemption, saint et redoutable est son nom. 3: Il m'invoquera: Tu es mon Père. 4: Et moi, j'en ferai le premier-né, plus haut que les rois de la terre. 5: Devant lui se prosterneront tous les rois de la terre. 6: Avant l'aurore je t'ai fait naître de mon sein. 7: Le Seigneur m'a dit: Tu es mon Fils, aujourd'hui je t'ai engendré.
Gloire au Père ... Maintenant ... Alléluia, alléluia, alléluia. Gloire à toi, Ô Dieu. (3 fois)

Cathisme, t. 4
Celui que nul espace ne contient, * comment peut-il être contenu dans le sein? * et celui qui repose dans le sein paternel, * comment une Mère le tient dans ses bras? * Lui seul le sait, il l'a voulu, * tel a été son bon plaisir. * Lui qui est l'Incorporel, * il s'est incarné librement; * et pour nous Celui qui est * est devenu ce qu'il n'était; * sans sortir de sa nature, il prend part * à notre condition humaine. * Dans son désir de compléter * par notre humanité le monde d'en-haut, * le Christ est né en deux natures, homme et Dieu.

Anavathmi, la 1e antienne du ton 4: Dès ma jeunesse ...
 


Prokimenon ton 4 "De Mon sein Je T'ai engendré avant l'étoile du matin"
source & téléchargement


Prokiménon, t. 4: Avant l'aurore je t'ai fait naître de mon sein, le Seigneur l'a juré et ne se dédira pas. Verset Le Seigneur dit à mon Seigneur: Siège à ma droite, de tes ennemis je ferai l'escabeau de tes pieds.
Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur.

Évangile et Psaume 50.

 


Évangile des Matines (après Prokimenon)
source & téléchargement


 

Gloire à Dieu (après Évangile des Matines)
source & téléchargement



Gloire au Père, t. 2: L'univers en ce jour est comblé d'allégresse, * car le Christ est né * de la Vierge à Bethléem.
Maintenant ... L'univers en ce jour ... Aie pitié de moi, Ô Dieu ...
t. 6
Gloire à Dieu au plus haut des cieux * et paix sur la terre. * Bethléem accueille en ce jour * celui qui siège avec le Père éternellement. * Les Anges chantent comme Dieu * l'enfant qui vient de naître: * Gloire à Dieu au plus haut des cieux * et sur la terre paix, * aux hommes bienveillance.

Canon I, œuvre de Cosmas, avec l'acrostiche: Le Christ fait homme demeure le Dieu qu'il était.
Canon II, ïambique, œuvre du moine Jean, avec l'acrostiche en distiques héroélégiaques:
En des vers éloquents ces hymnes vont chanter
le Fils de Dieu pour les mortels né sur la terre,
de ses funestes maux voulant la racheter.
De toute peine, Ô Roi, sauve aussi ton trouvère.
A la fin de chaque ode, catavasies: les deux hirmi.

Ode 1, t. 1
Le Christ vient au monde, glorifiez-le, * le Christ descend des cieux, allez à sa rencontre; * sur terre voici le Christ, exaltez-le, * terre entière, chante pour le Seigneur, * peuples, louez-le dans l'allégresse, * car il s'est couvert de gloire.
Gloire, Seigneur, à ta sainte Nativité.
L'homme flétri à cause du péché, * jadis image et ressemblance de Dieu, * puis tout entier soumis à corruption * et des trésors de vie divine déchu, * le sage Créateur le façonne de nouveau, * car il s'est couvert de gloire.
Le Créateur, voyant perdu * l'homme que ses mains ont façonné, * descend en inclinant les cieux; * né de la Vierge sainte, immaculée, * il assume tout son être avec sa chair en vérité, * car il s'est couvert de gloire.
Sagesse, Verbe et Puissance de Dieu, * Fils du Père et son reflet, * le Christ notre Dieu, à l'insu * des puissances de là-haut et d'ici-bas, * s'est fait homme et nous reprend comme son bien, car il s'est couvert de gloire.*

Celui qui fait merveilles, le Seigneur, * sauva son peuple en asséchant * le flot humide de la mer; * né de la Vierge de plein gré, * il aplanit pour nous * le chemin du ciel; * en ses natures égal au Père et aux mortels, * nous le glorifions.
Des entrailles sanctifiées * clairement préfigurées par le buisson non consumé * ont porté le Verbe Dieu * uni à la nature des humains * pour délivrer le sein d'Eve infortuné * de l'antique malédiction; * et nous les mortels, * nous le glorifions.
Ô Verbe dont l'éclat * précède le soleil * et qui vins mettre fin au péché, * l'étoile te montra aux Mages clairement * dans une pauvre grotte, Dieu compatissant; * et dans les langes qui t'enveloppaient ils te virent, pleins de joie, * à la fois mortel et Seigneur.

Ode 3
Avant les siècles, * le Fils est engendré * par le Père ineffablement; * et dans ces derniers temps * sans semence, d'une Vierge il a pris chair; * chantons au Seigneur: * Toi qui relèves notre front, * tu es saint, ô Christ notre Dieu.
Le premier homme * dont l'argile communiait au souffle divin * mais que la ruse féminine * avait fait choir vers la corruption, * Adam, voyant né d'une femme le Seigneur, * s'écria: Toi qui pour moi es devenu semblable à moi, * tu es saint, ô Christ notre Dieu.
Toi qui pris la forme * de l'humble créature faite de limon * et qui, participant à notre pauvre chair, * lui communiquas ta divinité, * devenant homme et restant Dieu, * toi qui relèves notre front, * tu es saint, ô Christ et Seigneur.
Bethléem, réjouis-toi, * reine des villes de Juda, * car le Pasteur d'Israël, * celui qui est porté * sur les épaules des Chérubins, * le Christ, issu bien clairement de toi * et qui relève notre front, * a sur tous la royauté.*

Agrée les hymnes de tes serviteurs, * Bienfaiteur, en humiliant * le regard hautain de l'Ennemi: * toi qui vois le monde entier, * porte loin de tout péché * et sûrement affermis * sur la base de la foi * ceux qui te chantent, Seigneur.
Le chœur pastoral admis à voir * le très auguste enfantement * de l'Epouse immaculée * fut frappé d'étonnement * par la merveille dépassant l'entendement, * lorsque l'armée des Anges incorporels * chantait le Christ, ce Roi * virginalement incarné.
Celui qui règne au ciel très-haut * en sa miséricorde arrive parmi nous * de la Vierge inépousée; * étant d'abord immatériel, * le Verbe en ces temps ultimes * s'appesantit de notre chair, * pour qu'après sa chute le premier-créé * puisse s'élever jusqu'à lui.

Hypokoï, t. 8
Ce sont les prémices des nations que t'amena le ciel, * Enfant couché dans une crèche, en appelant * par une étoile les Mages d'Orient; * ce qui les frappa, ce ne fut ni sceptre ni trône, mais ton extrême pauvreté; * quoi de plus ordinaire que la grotte, en effet, * et quoi de plus humble que les langes, dans lesquels * resplendirent les trésors de ta divinité. Seigneur, gloire à toi.

ou bien:
Cathisme, t. 8
Le ciel se réjouisse et la terre exulte de joie, * puisqu'est né sur terre l'Agneau de Dieu * accordant au monde la rédemption. * Car le Verbe, qui est dans le sein du Père, est issu * sans semence, de la Vierge immaculée; * les Mages s'extasièrent en le voyant à Bethléem * naître comme un enfant que glorifie l'univers.

Ode 4
Comme le rameau fleuri de la racine de Jessé, * de la Vierge, Seigneur, * tu es issu tel une fleur; * de la montagne ombragée, * ô Christ, objet de nos chants, * tu es venu en t'incarnant * de la Vierge inépousée, * toi le Dieu immatériel. * Gloire à ta puissance, Seigneur.
Toi que Jacob avait prédit jadis * comme l'attente des nations, * ô Christ, tu t'es levé * de la tribu de Juda * et tu es venu t'emparer * de la puissance de Damas * et du butin de Samarie, * changeant l'erreur en foi divine. * Gloire à ta puissance, Seigneur.
Les sages scrutateurs des astres devenus * disciples des paroles prononcées * jadis par le devin Balaam, * ô Maître, tu les as comblés * d'allégresse en te levant * comme l'astre de Jacob; * venus à toi comme prémices des nations, * tu les reçus qui t'apportaient * des présents vraiment dignes de toi.
Comme pluie sur la toison, * comme une ondée sur terre déversée, * ô Christ, tu descendis * dans les entrailles immaculées; * Tharsis et l'Ethiopie * et les îles d'Arabie, * les princes de Saba, de tout pays, * devant toi, Sauveur, vinrent se prosterner. * Gloire à ta puissance, Seigneur.*

Le genre humain refaçonné * fut chanté d'avance * jadis par le prophète Habacuc ineffablement admis * à voir sa préfiguration; * de la montagne virginale en effet * sortit le Verbe nouveau-né, * pour que les peuples en lui soient restaurés.
Semblable aux hommes volontairement, * Dieu très-haut, tu es sorti * de la Vierge, en assumant la chair, * pour détruire le venin * de la tête du serpent * et conduire tout mortel * depuis les portes sans soleil * vers la lumière et la vie.
Nations jadis plongées * dans l'abîme de la corruption * et qui avez échappé * à tous les coups de l'Ennemi, * levez les mains, rythmez vos chants * pour honorer l'unique Bienfaiteur, * le Christ qui vient par compassion * au milieu de nous.
Vierge issue de la racine de Jessé, * tu dépassas les horizons * de la nature des mortels * en enfantant le Verbe Dieu * qui précède tous les temps, * quand lui-même a bien voulu * franchir en son étrange abaissement * la porte close de ton sein.

Ode 5
Dieu de paix et Père de tendresse, * tu nous envoyas * l'Ange de ton Grand Conseil pour nous donner la paix: * guidés vers la lumière du divin savoir * et la nuit veillant devant toi, * Ami des hommes, nous te glorifions.
Pour obéir à l'ordre de César * tu te fis inscrire au nombre des serviteurs, * ô Christ, et tu nous affranchis, * nous les serfs de l'ennemi et du péché; * et te faisant entièrement pauvre comme nous, * tu divinisas notre limon par union et communion.
Voici, selon l'antique dit, * ayant conçu, la Vierge a enfanté * le Dieu fait homme et est demeurée vierge; * nous les pécheurs, réconciliés par elle avec lui, * nous la chantons hautement en notre foi * comme la Mère de Dieu.*

A ceux qui, réveillés des œuvres de la nuit, * ô Christ, et de leur sombre égarement, * t'adressent maintenant * une hymne comme au Bienfaiteur, * viens accorder la rédemption * et le chemin facile à parcourir * sur lequel nous monterons * jusqu'à la gloire que nous espérons.
Le Maître, ayant par sa venue dans la chair * une fois pour toutes retranché * la cruelle inimitié entre les hommes et Dieu, * détruisit la force du funeste Meurtrier, * mettant le monde en liaison * avec les êtres immatériels * et rétablissant la faveur * du Père envers la création.
Le peuple enténébré jadis * a pu voir en plein jour * la lumière des splendeurs d'en-haut; * car le Fils amène à Dieu * en héritage les nations * et c'est la grâce ineffable qu'il distribue * là-même où le péché * avait fleuri en abondance.

Ode 6
De ses entrailles, comme il l'avait reçu, * le monstre a rejeté Jonas * comme du sein le nouveau-né; * et le Verbe pareillement, * est demeuré dans le sein de la Vierge, * il prit chair et en sortit, * lui conservant son intégrité, * car il a préservé en celle qui l'enfanta * sa virginité.
Il est venu en s'incarnant, * le Christ notre Dieu * que le Père engendre avant l'aurore de son sein; * lui qui tient les rênes des Puissances immaculées, * il repose dans la crèche des bestiaux * et de pauvres langes il est emmailloté; * mais il défait ainsi les liens * si fort enchevêtrés * de nos transgressions.
Le Fils est enfanté * comme enfant nouveau-né * de l'antique pâte dont fut fait Adam * et c'est ainsi qu'il est donné aux croyants; * il est Père et Prince du siècle à venir, * on l'appelle l'Ange du Grand Conseil, * et c'est lui le Dieu fort, * le Maître tout-puissant * de la création.*

Logeant au sein des flots, * Jonas te priait de venir * et d'en calmer l'agitation; * et moi, percé de coups par le tyran, * je m'adresse à toi, ô Christ, * toi qui délivres du mal, * pour que ma lâcheté soit prévenue * par ta prompte venue.
Dieu le Verbe qui était * au commencement auprès de Dieu, * voyant que jadis * notre nature n'avait pu se garder, * la raffermit maintenant, * lui-même descendu pour une seconde participation * et la faisant à nouveau * paraître libre des passions.
Pour nous il est issu * de la lignée d'Abraham, * afin de relever ses fils tombés * dans les ténèbres du péché * qui les avait courbés vers la terre, * lui qui habite la lumière et malgré sa dignité * a bien voulu loger dans la crèche * pour le salut des mortels.

Kondakion, t. 3
La Vierge en ce jour enfante le suprême Dieu * et la terre offre asile en une grotte à l'Inaccessible. * Les Anges et les Bergers ensemble chantent sa gloire. * Vers Bethléem une étoile montre aux Mages leur chemin. * Car en ce monde vient pour nous * un enfant nouveau-né * le Dieu d'avant les siècles.

Ikos
Bethléem nous a ouvert l'Eden, * venez et voyons les délices qu'en secret nous y trouvons; * venez et cueillons à l'intérieur * de la grotte les fruits du Paradis. * C'est là qu'une racine est apparue * qui, sans être arrosée, fit fleurir le pardon; * c'est là que se trouve le puits non creusé * auquel David désira boire jadis; * c'est là que la Vierge, ayant mis au monde son enfant, * étancha aussitôt la soif d'Adam et de David; * aussi hâtons-nous vers ce lieu où vient au monde pour nous * un enfant nouveau-né, le Dieu d'avant les siècles.

Synaxaire
Le 25 Décembre, Naissance selon la chair de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ.
Dieu même est l'enfanté, la Mère est une Vierge:
plus grande nouveauté n'a vu la création!
Le vingt-cinquième jour Dieu prend sa filiation
de la Vierge Marie, et la grotte l'héberge.
Ce même jour, Adoration des Mages.
Devant toi prosternés, les princes des nations
des Gentils préfigurent les adorations.
Ce même jour, mémoire des Bergers qui ont vu le Seigneur.
Délaissant leur troupeau, les Bergers, sans lenteur,
s'en viennent contempler le Christ, ce bon Pasteur.
A lui la gloire dans les siècles des siècles. Amen.

Ode 7
Les Jeunes Gens élevés dans la piété, * méprisant l'ordre impie du tyran, * furent sans crainte devant le feu, * mais au milieu des flammes ils chantaient: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.
Les Bergers veillant aux champs * eurent, étonnés, la lumineuse apparition, * car la gloire du Seigneur les entoura de sa clarté, * puis un Ange leur cria: Chantez: Le Christ est né; * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni!
Soudain, tandis que l'Ange leur parlait encor, * les armées célestes s'écrièrent: Gloire à Dieu * au plus haut des cieux, et paix sur la terre, * aux hommes bienveillance, car le Christ a resplendi. * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.
Quelle est cette parole? dirent les Bergers; * allons voir l'événement, le Christ divin; * Et parvenus à Bethléem, se prosternant * devant lui, avec sa Mère ils psalmodiaient: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.*

Epris d'amour divin * pour le Roi de l'univers, * les Jeunes Gens ont méprisé * le bavardage impie d'un tyran * à l'insatiable orgueil, * et l'immense flamme recula, * préservant ceux qui chantaient au Seigneur: * Pour les siècles tu es béni.
Elle brûle les serviteurs sans pitié, * mais épargne les Jeunes Gens, * la flamme sifflant et crépitant * et s'élevant d'une septuple ardeur, * car sur ceux qu'elle entourait * le Seigneur a répandu * à cause de leur piété * l'abondante rosée.
Toi qui nous viens en aide, Jésus Christ, * prenant ineffablement pour bouclier * l'incarnation, tu couvris de honte * l'adversaire des mortels * et tu leur fis le don sous cette forme * de leur propre divinisation * dont le désir nous fit tomber de haut * dans les gouffres ténébreux.
D'un monde pris par les passions, * Tout-puissant, tu as détruit le péché * avec son regard farouche, son orgueil infini, * son délire malséant; * ceux quil avait jadis entraînés, * en ce jour, Bienfaiteur, tu les sauves de ses filets * en t'incarnant, de plein gré.

Ode 8
La fournaise qui distille la rosée * préfigure la merveille où la nature est dépassée; * car les Jeunes Gens qu'elle a reçus, * elle se garda de les brûler, * comme le feu de la divinité * habita le sein de la Vierge sans le consumer. * Aussi chantons joyeusement: * L'entière création bénisse le Seigneur * et l'exalte dans tous les siècles!
La fille de Babylone emmène de Sion * en captivité les fils de David; * mais elle envoie les Mages, ses enfants, * porteurs de cadeaux, pour implorer * la fille de David * qui porte dans ses bras le Fils de Dieu; * aussi chantons joyeusement: * L'entière création bénisse le Seigneur * et l'exalte dans tous les siècles!
Le deuil avait suspendu * le chant des harpes de Sion, * car ses enfants ne chantaient plus * sur la terre des étrangers; * mais le Christ né à Bethléem * brise toute erreur et délie la voix des instruments; * aussi chantons joyeusement: * L'entière création bénisse le Seigneur * et l'exalte dans tous les siècles!
Babylone avait reçu * le butin de guerre et les trésors * de la Reine de Sion; * mais les trésors de Babylone, c'est le Christ * qui les attire dans Sion avec les Rois * scrutateurs des astres guidés par un astre; * aussi chantons joyeusement: * L'entière création bénisse le Seigneur * et l'exalte dans tous les siècles!*

Les Jeunes Gens qui dans l'antique Testament * furent dans le feu sans être consumés * sont l'image du sein virginal * enfantant de merveilleuse façon * tout en restant scellé; * la même grâce qui agit dans les deux cas * par un miracle étonnant * invite les peuples à chanter.
Délivrée de l'impure tentation * d'être divinisée par séduction, * la création tout entière * comme les Jeunes Gens * chante avec tremblement * le Verbe éternel en son abaissement, * craignant d'offrir une louange sans crédit, * étant corruptible, malgré la sagesse qui la soutient.
Tu viens pour ramener, * toi, l'Eveil des nations, * l'errante humanité * des collines désolées * aux pâturages pleins de fleurs * et mettre fin à la force brutale du Meurtrier, * te montrant dans ta prévenance * à la fois homme et Dieu.

Ode 9
 


Ode 9 & encensement
source texte forum-orthodoxe.com



Magnifie, Ô mon âme, * la Toute-sainte et immaculée, * plus vénérable et plus glorieuse * que toutes les Puissances des cieux, * la Mère de Dieu.
Je vois un mystère étonnant * qui dépasse l'entendement: * une grotte est devenue le Ciel * et la Vierge remplace le trône des Chérubins; * le crèche est la demeure où repose * le Christ notre Dieu infini * que nous chantons et magnifions.
Magnifie, Ô mon âme, * le Dieu qui dans la chair est né de la Vierge.
Magnifie, ô mon âme, * le Roi qui humblement est né dans la grotte.
Voyant le cours inhabituel * d'un astre nouveau, sans précédent, * illuminant le ciel de son éclat récent, * les Mages à ce signe ont reconnu * le Christ notre Roi * né sur terre à Bethléem * pour notre salut.
Magnifie, Ô mon âme, * le Dieu devant lequel se prosternent les Mages.
Magnifie, Ô mon âme, * celui qu'annonce aux Mages une étoile.
Comme les Mages demandaient: * Où est l'enfant Roi nouveau-né * dont l'étoile nous est apparue? * car nous sommes venus nous prosterner devant lui! * Hérode, cet ennemi de Dieu, * fut saisi de trouble et de folie, * s'imaginant pouvoir faire disparaître le Christ.
Magnifie, ô mon âme, * la pure Vierge qui mit au monde le Christ notre Roi.
Les Bergers et les Mages * vinrent adorer le Christ enfant dans la cité de Bethléem.
Hérode s'informa exactement * du temps où l'astre avait paru * sous la conduite duquel * les Mages vinrent à Bethléem * se prosterner devant le Christ avec leurs dons; * mais, reconduits par lui dans leur pays, * ils laissèrent berné le cruel tueur d'enfants.
La Vierge en ce jour * enfante le Seigneur à l'intérieur de la grotte * Le Maître en ce jour * naît comme un enfant * d'une Mère Vierge.
Plus facile serait pour nous et peut-être sans danger * de garder un silence respectueux; * mais, ô Vierge, mettre par amour * sur le métier des hymnes harmonieuses et recherchées * est une œuvre malaisée; * toi donc, ô Mère, accorde-nous * une force égale à notre bonne intention.
En ce jour les Bergers * contemplent le Sauveur * entouré de langes et couché dans la crèche.
L'intangible Seigneur * en ce jour comme un enfant * est entouré de pauvres langes.
En ce jour la création * exulte d'allégresse et de joie, * car le Christ est né de la jeune Vierge.
Les Puissances des cieux * annoncent au monde le Sauveur, * le Seigneur et Maître qui est né.
Après avoir contemplé * les figures sans éclat * et les ombres à peine ébauchées * du Verbe qui maintenant a resplendi * au sortir de la porte close comme nouveau-né * et jugés dignes de la claire vérité, * à juste titre nous bénissons, * Mère pure, ton sein.
A la place de: Gloire au Père ...
Magnifie, ô mon âme, * le Dieu en trois personnes, * l'indivisible majesté.
A la place de: Maintenant ...
Magnifie, ô mon âme, * celui qui nous rachète * de l'antique malédiction.
Ayant trouvé l'objet de son désir * et mérité la venue de Dieu, * le peuple aimant le Christ * implore maintenant * la seconde naissance, celle qui vivifie; * Vierge pure, accorde-lui * la grâce de se prosterner * devant la gloire de Dieu.

Exapostilaire (t. 3)
Il nous a visités du haut des cieux, * le Seigneur qui nous sauve, * Soleil levant plus brillant que tout soleil; * nous qui étions dans les ténèbres et dans l'ombre de l'erreur, * nous avons trouvé la vérité, * car la Vierge à Bethléem * enfante le Seigneur notre Dieu.

Laudes. t. 4


Laudes de la Nativité du Christ
source texte forum-orthodoxe.com


Justes, réjouissez-vous, * cieux, tressaillez d'allégresse, * bondissez, montagnes, car le Christ est né; * la Vierge siège à l'instar des Chérubins * et porte sur son sein le Verbe devenu chair; * les Bergers glorifient le nouveau-né, * les Mages portent au Maître leurs présents, * les Anges le célèbrent et lui chantent: * Insaisissable Seigneur, gloire à toi.
Le Père l'a bien voulu; * le Verbe s'est fait chair; * et la Vierge a mis au monde le Dieu incarné; * l'étoile l'annonce, les Mages se prosternent devant lui; * les Bergers sont remplis d'émerveillement; * et la création exulte de joie.
Vierge Mère de Dieu * qui mis au monde le Sauveur, * tu détournas l'antique malédiction de la mère des vivants, * car tu devins Mère de celui en qui le Père se complait, * portant sur ton sein Dieu le Verbe devenu chair. * Ce mystère ne souffre pas d'être scruté; * c'est dans la seule foi que tous nous voulons le glorifier, * avec toi chanter et nous écrier: * Inexplicable Seigneur, gloire à toi.
Venez et célébrons * la Mère du Sauveur * qui resta vierge même après l'enfantement: * Réjouis-toi, Cité vivante de Dieu notre Roi * où le Christ habita pour faire notre salut. * Avec Gabriel nous te chantons, * avec les Bergers te glorifions, * disant: Ô Mère de Dieu, * prie le Fils incarné de toi, pour que nos âmes soient sauvées.
Gloire au Père, t. 6
Lorsque se fit le premier recensement de l'univers * au temps de ta venue sur terre, Seigneur, * tu te préparais à inscrire les noms * de ceux dont ta naissance fit des croyants; * c'est pour cela que fut publié l'édit de César, * car l'éternité de ton royaume céleste entra dans le temps. * C'est pourquoi nous t'offrons, nous aussi, * plutôt qu'un tribut d'or ou d'argent, * la richesse de la vraie foi, * Dieu sauveur de nos âmes.
Maintenant, t. 2
En ce jour à Bethléem * le Christ naît d'une Vierge. * En ce jour l'Eternel entre dans le temps, * la Parole de Dieu se fait chair. * Les Puissances des cieux se réjouissent * et la terre des hommes tressaille d'allégresse. * Les Mages portent leurs présents, * les Bergers proclament la merveille; * et nous, sans cesse nous chantons: * Gloire à Dieu au plus haut des cieux * et paix sur la terre, * aux hommes bienveillance.

Grande Doxologie. Tropaire de la fête. Litanies et Congé

source texte forum-orthodoxe.com



Quelques vidéos extraites de la Divine Liturgie qui a suivi la célébration des Heures:
 


Saint Dieu, Saint fort, Saint immortel (Trisagion)
source et téléchargement


tropaire de la Nativité
source et téléchargement


procession de la Petite Entrée & tropaire de la Nativité
source et téléchargement


"Vous tous qui avez été baptisés en Christ" chanté avant la lecture de l'épître
source et téléchargement


Grande Entrée & Cherubikon (hymne des chérubins)
source et téléchargement


"Louez le Seigneur des Cieux" - chant de l'Élévation des saints Dons
source et téléchargement

 

Article crée le: 25-12-2008.

Dernier revision le: 25-12-2008.

HAUT DE PAGE